Bonjour et bienvenue sur le site de
l'hôtel des voyageurs
du Malzieu-ville






gite









poste
"La perle de la valée"
Le Malzieu, station verte de vacances, est serti dans un ecrin de pâturages et de forêts, veiné de magnifiques ruisseaux et rivières.
Le Malzieu est un village fortifié dont l'édification des remparts survint au Moyen-age, période durant laquelle la cité devint place forte et ville judiciare.
Elle était le fief de la famille de Mercoeur, l'une des huit baronnies du Gévaudan.
La ville offre encore aujourd'hui de beaux vestiges de ce patrimoine.
centre
bodon tour
fee "La porte des fées"
(à St Pierre le vieux)

Si vous êtes célibataire et que vous cherchez l'âme soeur, passez sous la porte et un fée réalisera votre souhait !
-----------------------------------------
Plan de la cité :
Plan du Malzieu

1 - Tour de Bodon (inscrite aux Monuments Historiques)
Syndicat d’initiatives :
La tour du Moyen-age. Escalier intérieur à vis en pierre de granit. Remarquable salle du chemin de ronde. Escalier d’accès sur la Tour constitué de blocs en granit. A l’exterieur, mur d’enceinte fortifié de part et d’autre de la Tour. Panorama sur la Margeride.
Mairie :
C’est l’ancienne église des pénitents. Salle des pénitents avec dallage en granit, cheminée monumentale, galerie des portraits des présidents de la république, bénitier.

2 - Porte Haute :
L’une des trois portes d’entrée de la ville.
Côté extérieur : meurtrières finement sculptées dans la pierre ; l’écusson du Malzieu avec la croix de Loraine en raison du règne des Seigneurs de Mercoeur sur la ville ; la mention VIRETTI GEMMA qui signifie : Le Malzieu : « perle de la vallée ». Dans les fossés, calvaire de mission, sarcophages du IXme  siècle.
Côté intérieur : l’épaisseur impressionnante du mur ; les gonds de la porte ; le balconde défense (peinture murale).

3 - Tourelle d’angle.
En surplomb pour permettre la surveillance.

4 - Place du Marché :
A noter sa parfaite symétrie en forme de trapèze . Calvaire central dont le fût est en pierre monolithique. Nombreuses portes du XVIIme avec frontons triangulaires.

5 - Maison du XVIIme siècle :
Magnifique appareillage de la façade en bloc de pierre ; porte d’entrée scupltée, corniches dentelées.

6 - Maison du XVIIme siècle :
Façades et porte d’entrée remarquables.

7 - Étalon :
Galon pour mesurer les étoffes dans la rue marchande où l’on trouvait principalement des marchand de tissus.

8 - Couvent des Ursulines :
Bâtiment de l’ancien couvent des Ursulines : belle façade en granit avec fenêtres à meneaux. Sur la place, stèle de l’écrivain Robert de Flers élu en 1921 membre de l’Académie Française, puits maçonné en pierre, trou de merle qui permettait le passage du bief du moulin Villaret, vue sur le chmin de ronde.

9 - Mur fortifié de la ville :
Tour de Talher. Entrée du Trou de Merle.

10 - Place de la Vierge :
Ou place Eugène de Rozière né en 1820, professeur au collège de France. Il fut sénateur de la Lozère.

11 - Maison natale de Louis d’Aurelle de Paladines :
Élève à St Cyr, il fut promu Général du second Empire. Il remporta en 1870 la bataille de Coulmiers contre les Prussiens. Député à l’Assemblée Nationales, il devint Sénateur inamovible.

12 - Rue du Galastre :
Autrefois, un béal parcourait la partie centrale de cette rue.

13 - Place du Soubeyran :
Du nom de la porte basse de la ville.

14 - Tour de l’Horloge :
C’est le beffroi de l’ancien château. Il a servi de prison lors des guerres de religion. A l’intérieur superposition de voûtes en granit. Escalier dans l’épaisseur des murs. Clocheton au timbre de 1490.

15 - Église :
La première église fut édifiée au Xme siècle et détruite en 1576 au moment des guerres de religion. Reconstruite en 1625, mais jugée trop petite, elle fut remplacée au siècle dernier par l’édifice actuel. A l’extérieur : sept coquille St Jacques sculptée dans la pierre : au fond de la place, chapiteaux sur le portail de l’école. A l’intérieur : christ en bois du XVIIme siècle ; petite crypte voûtée sur la droite de l’allée centrale ; musée d’art religieux dans l’ancienne sacristie.

16 - Maison du Gouverneur :
Tour du Gouverneur. Porte d’entrée avec blason en maçonnerie sculptée.

17 - Place de la Leyde :

18 - Porte des Drogols :
La passerelle qui la surplombe et les bâtiments attenants dont l’ancienne chapelle St Vincent de Paul font partie de l’ancien hospice.

19 - Maison du Général Brun de Villeret :
Général d’Empire fait par Louis XVIII. Le maréchal Soult trouva asile dans cette maison après le désastre de Waterloo.

20 - Ancienne école de la Présentation :
Aujourd’hui Poste-Perception. Au sol rosace en galets de la Truyère dédiée à la vierge Marie. Tour avec escalier à vis en granit.

21 - Place des Pénitents :
Ancienne église des Pénitents avec son clocher. Portail d’entrée de l’église, la porte date de 1715. Tour d’angle avec linteau de porte en accolade.

---------------------------
Activitées sur la commune :
 

Randonnée a pied ou a cheval
Escalade
Piscine
Plan d'eau
Tennis

Pêche en riviere ou en étang
-------------------
De  nombreux petits villages aux allentours, offrent de divers point d'interrets :

- Verdezun : Eglise du XIeme siecle
- Prunieres : Eglise ramane
- Apcher : Tour, et vestige du chateau
Tour d'Apcher

- Albaret St Marie : Plus petit musée de France
- Pont de la Garde : Vestige chateau feodal
- Chaulhac : Eglise romane
- Paladines : Cirque de Paladine
- St Pierre le vieux : Eglise romane
- St Privat du Fau : Eglise romane
- Le Mont Mouchet : Musée et monument national de la résistance
- Les Ducs : Tour feodale
...
----------------------
Un peu d’histoire

Origines

A l’époque tertiaire, la cuvette du Malzieu formait un lac qui se vida à la suite de l’érosion.
Les gorges de Verdezun, que nous pouvons admirer aujourd’hui, laissèrent le passage à la Truyère.
La présence de nombreux silex témoigne des traces de l’age de pierre. La civilisation mégalithique est représentée par les menhirs de « PINJO CHABRE » près de Mazeirac sur la route de La Garde, du « POUOR NEGRO » près de Jullianges.

Epoque Gallo-Romaine

Les vestiges de cette époque sont nombreux aux alentours du Malzieu (débris de poteries, tuiles, murs…). Notons principalement l’existence d’un oppidum d’origine celte à Verdezun qui, grâce à sa situation élevée et sa vue panoramique, fut la première forteresse implantée dans la région. Quant aux romains, ils s’installèrent plutôt sur le flanc des montagnes environnantes.

 

Moyen-Age

C’est à cette époque qu’il faut rattacher l’édification des remparts, tours, portes fortifiées, souterrains, chemins de ronde, qui forment notre cité. Le Malzieu devient à la fois une place forte et une ville judiciaire : Tour et maison du gouverneur, Tour des Prisons aujourd’hui Tour de l’Horloge dont le timbre date de 1490.

 

X V Ime siècle

Lors des guerres de religion, Le Malzieu est assiégé par le capitaine Huguenot Mathieu MERLE. Le 17 novembre 1573 il pénètre à l’intérieur de la ville par le passage du bief appelé depuis « TROU DU MERLE ». Il détruit l’église et massacre 14 pr^tres dans l’impasse de la Sanguinerie.
Il abandonne la place en 1576. L’église sera reconstruite en 1625.

 

X V I Ime siècle

La peste fait de terribles ravages, éliminant 85% de la population. Les pestiférés sont enterrés dans un cimetière situé près de Fantoubette ; l’emplacement est signalé par une croix.
Pour combratre le fléau, l’apothicaire Jean Conché, afin d’assainir la ville, fait brûler les maisons des personnes atteintes. Il s’en suit un immense incendie qui détruit une grande partie de la cité. La reconstruction nous apporte de magnifiques encadrements de portes en granit surmonté d’un fronton triangulaire.
Une carte de 1648 et des pierres de l’église marquent le passage au Malzieu du chemin Puy à St Jacques de Compostelle ; fait confirmé par le décès à l’hôpital du Malzieu d’un pèlerin : Jean CAZOT.

 

X V I I Ime siècle : La Bête du Gévaudan

C’est avant tout au Malzieu et dans sa région immédiate (Haute-Loire, Cantal) que la bête du Gévaudan fit de nombreux ravages, de 1764 à 1767.
Cete énorme b^te se manifestait avec rapidité et faisait ses victimes parmi les femmes et les enfants. Elle dévora une centaine de personnes et, entre autre, Marie-Jeanne ROUSSET de Mialanettes, âgée d’environ 12 ans, au lieu dit « Rocher de Malapas » (acte de décès à la Mairie du Malzieu). Pour tenter de mettre fin à ses exploits, de très nombreuses battues se succèdent. Au cours de celle du 19 juin 1767, ordonnée par le Marquis d’Apcher, dans les bois de la Ténazeyre, la b^te est abattue par Jean CHASTEL posté sur la « Sogne d’Auvers » près du Mont-Mouchet.
Elle inspira bien des écrivains qui en firent des légendes.